FANDOM


Les Suivants
Les Suivants
Statut Actif
Capitale Elidyr
Localisation Archipel de Neredna
Dirigeant(es) Reine Nyhmai Brise-Aurore
Langue(s) principales Universalis
Religion(s) Ma'aia
Allié(s) Empire de l'Aurore
Rivaux Elfes noirs
L’appellation « Les Suivants » désigne les elfes qui suivirent Nyhmai Brise-Aurore à travers l’océan pour gagner l’Archipel de Neredna, il y a de cela des milliers d’années. Aujourd’hui, ce nom s’est étendu pour tous les elfes qui arpentent le monde, même ceux qui n’approuvent pas les actions ou la politique du royaume, à l’exception des Névadorn (ou « elfes noirs »). La population des Suivants se concentre majoritairement au sein de l’Archipel, bien que certaines délégations soient présentes sur le continent, aux côtés de quelques marchands et explorateurs.

Histoire Modifier

La "Coexistence" Modifier

Autrefois, les elfes menaient une vie misérable mais unie sur le continent principal. Affaiblis et acculés par le règne de terreur des dragons et de leurs sbires, les elfes à leur état primitif décidèrent sous l’impulsion de leur chef, Olendyl, de s’allier avec les tribus humaines. Ce pacte leur offrit une protection relative mais les amena à en regretter la teneur : il est dit que les humains se montraient arrogants et cruels, traitant leurs nouveaux alliés tels des parias et n’hésitant pas à les envoyer en première ligne lorsque leurs ennemis se manifestaient.

Cette situation devenait insupportable pour la plupart des elfes, aussi commencèrent-ils à se rebeller. Réprimé avec virulence par les humains, le peuple d’Olendyl s’exila vers les terres de l’Est à la recherche d’un nouveau foyer indépendant, en dépit des menaces qui risquaient de s’offrir à eux : il s’agit du premier schisme de l’histoire elfique.

L'Indépendance Modifier

L’exil fut long et douloureux pour la plupart des elfes. Nombre de dangers leur barrèrent la route, et beaucoup perdirent la vie. Ils parvinrent cependant à s’adapter au climat des terres enneigées de l’Est, peu fréquenté par les dragons, et installèrent des hameaux qui, des siècles durant, évoluèrent jusqu’à prendre la forme de formidables cités magiques dont le cœur résidait en une tour gigantesque : la Tour d’Ivoire, nichée sur une île au nord de leurs terres, et reliée au continent par de grands ponts de pierre. Il s’agit d’une période particulièrement prospère, marquée par l’évolution drastique de ce peuple.

Néanmoins, des troubles intérieurs ne tardèrent pas à apparaître. L’on murmurait qu’une crise touchait le sommet de l’État nouvellement établi par celui que l’on nomma plus tard Olendyl Brise-Aurore, et que de virulents débats opposaient les membres de la famille de ce dernier. Ces rumeurs aboutirent à la création de factions politiques et de démonstrations de force qui ravagèrent les cités elfiques des jours durant. De nombreux elfes se rangèrent du côté de Nyhmai Brise-Aurore, fille du dirigeant, dotée d’un don de vision particulièrement puissant ; ils soutenaient que le patriarche, Olendyl, était influencé par sa plus proche conseillère, Shaela. L’autre camp cependant affirmait que les visions de la princesse n’étaient que tromperie, et qu’il ne s’agissait que d’une tentative de prise de pouvoir.

Ainsi cette période fut marquée par un conflit étendu sur de longs mois, durant lesquels des centaines d’elfes perdirent la vie de la main de complotistes méconnus. La faction soutenant Nyhmai décida de s’exiler avec elle afin de mettre fin au conflit et de dénicher les terres rêvées par la princesse durant ses Songes : ceux-ci se firent appeler les Suivants.

Cette séparation, en plus de marquer la rupture d’un peuple, symbolisa également celle d’une famille.

Arrivée à Neredna Modifier

Les Suivants débarquèrent après moins d’un mois de voyage en bateau sur des terres vierges de toute civilisation, sur le continent Eira à l'ouest : les forêts de Neredna. La tâche de construction fut rude et longue, mais les elfes s’y attelèrent sans faiblir, portés par leur foi nouvelle envers une divinité qui leur fit grâce de sa protection, Ma’aia. C’est ainsi que furent fondées des villes nouvelles, et ces terres autrefois vierges prirent la forme de l’Empire aujourd’hui bien connu de tous.

Ils ne tardèrent cependant pas à comprendre qu'à l'orée de leurs forêts s'étaient établis leurs alliés d'autrefois : les humains de l'Empire de Sciron. Ils restèrent isolés de longs siècles, bloquant toute voix d'accès, jusqu'à ce que les circonstances ne les poussent à négocier avec eux dans le cadre de leur lutte contre les dragons et les orcs - qui, toujours, menaçaient les peuples civilisés. Des rencontres furent organisées entre les elfes et les hommes, puis un sommet diplomatique fut déclaré. La Reine Nyhmai Brise-Aurore, accompagnée de son époux le Général des Armées et de quelques délégations, se rendit à Scironis afin de mener à bien les négociations.

La Bataille de Sciron Modifier

Eut alors lieu la Grande Ignition : des attaques orques furent menées contre les villes fortifiées de l'Empire de Sciron, dans l'unique but de faire une diversion pour permettre aux plus puissants sorciers orcs d'entrer en territoire contesté. Ces derniers effectuèrent un grand rituel sacrificiel, qui eut pour effet de ramener à la vie les dépouilles enterrées de milliers de dragons. Le résultat fut terrible, puisque la terre se déchira en mille-et-un endroits et que de nombreuses catastrophes naturelles s'enchaînèrent : parmi elles, un raz-de-marée qui ravagea les forêts et fit s'étendre une vaste mer entre Neredna et le continent principal, déjà éloignés l'un de l'autre par séismes et déchirements terrestres. Certaines villes (qui deviendront plus tard le Royaume de Lys) furent isolées dans des îles et la partie ouest du continent changea irrémédiablement de visage. Des milliers d'ailes draconiques assombrirent le ciel puis virent pleuvoir une pluie de feu sur la quasi-totalité de l'Empire, illuminant les plaines, les forêts et les villes de grands feux. Un spectacle apocalyptique qui se résolut tant bien que mal après des jours de lutte.

Ce terrible événement fut bientôt suivi par l'arrivée de centaines de dragons et de milliers d'orcs, menés par l'une des Trois Chimères : Ignima. Son corps gargantuesque et ses vastes ailes recouvraient, dit-on, des régions entières ! Cette guerre vit son dénouement lors de la Bataille de Sciron, durant laquelle le Général elfique et époux de la reine fut tué. Bouleversée, il est dit (un fait contesté par les humains mais affirmé par les elfes) que la Reine Nyhmai déchaîna sa toute puissance contre la Chimère et la réduisit au silence. Son corps pourrissant s'effondra en plein cœur de la Jungle d'Émeraude et assécha le sol, formant les Hautes-Terres de Kurai d'aujourd'hui et marquant la fin du conflit, les dragons désorganisés prenant la fuite ou étant massacrés, de même que leurs sbires les orcs.

De nos jours Modifier

S'il est vrai que ce colossal conflit rapprocha les deux peuples, il est important de préciser que la proximité entre les humains et les elfes ne dura qu'un temps. Rapidement, les Suivants s'isolèrent sur leur Archipel afin de le reconstruire et n'entretinrent plus que quelques rapports avec les humains du Royaume de Lys, avec lesquels le commerce fut florissant.

Puis, bien des siècles plus tard, des Noguchi s'infiltrèrent et dérobèrent aux elfes leur artefact le plus précieux : la gemme de Ma'aia. C'est ce qui, entre autres, causa la destruction de l'Empire Noguchi et raviva des rancœurs profondément enfouies. Aujourd'hui, des délégations elfiques se tiennent à Rivegarde, l'Empire de l'Aurore ayant accueilli les rescapés de cet Empire : la première rencontre officielle depuis de longues décennies. Les Suivants sont déterminés à récupérer l'artefact, qu'ils pensent aux mains des habitants de la Colonie Noguchi.

Caractéristiques Modifier

Politique Modifier

Le royaume elfique est majoritairement centralisé ; même si les représentants locaux ont du pouvoir, ils ne gèrent que les affaires courantes. Toutes les requêtes, concernant des déplacements de troupes massifs, la construction d'un nouveau quartier ou de bâtiments administratifs, passe par les enceintes du palais où s'affairent de multiples conseillers qui valident ou non les projets transmis. La Reine dispose néanmoins d'un droit de veto sur les projets, et chacun d'entre eux doit passer devant elle, entraînant parfois des ralentissements importants dans quelques projets, pour peser les arguments locaux et l'intérêt national.

De plus, les représentants locaux sont directement nommés par les autorités de la capitale, renforçant la centralisation du système politique. Cela fait parfois débat dans la société elfique, mais la question de la légitimité de ce mode de gouvernance n'a jamais été posée.

Religion Modifier

Le culte envers Ma'aia est la religion officielle, et tous les visiteurs étrangers sont tenus de respecter ce culte et de ne pas faire de prosélytisme. La grande majorité des Suivants font partie de ce culte, et ceux qui s'en détournent sont souvent rejetés par leurs familles par peur d'attirer un mauvais sort sur eux.

Le clergé est constitué d'hommes et femmes qui assurent les processions et accueillent les pèlerins près des différents autels dédiés à Ma'aia dans la Sylve des Songes et les plaines étincelantes. Il dispose d'un grand temple dans chaque ville, et d'un petit temple dans chaque village. Le centre de décisions du clergé se trouve néanmoins au Sanctuaire Sylvestre, où se trouve le plus grand temple dédié à la déesse elfique, avec ceci dit une importante présence à Elidyr.

Relations étrangères Modifier

Royaume du Lys Modifier

Plus ancien partenaire commercial des Suivants depuis que ceux-ci se sont établis à Neredna, l'archipel entretient une relation étroite avec le Royaume. Ayant signé de multiples accords commerciaux et militaires, comme par exemple une patrouille commune des eaux territoriales, le Royaume est devenu un partenaire privilégié pour les autorités d'Elidyr. Néanmoins, la récente vassalisation du Lys par l'Empire de l'Aurore a été mal perçue par les Suivants, ceux ci ayant déployé plusieurs diplomates à la cour pour empêcher cette vassalisation. Les relations se sont donc détériorées entre les deux nations, même si elles gardent un niveau convenable.

L'Empire de l'Aurore Modifier

Ancien allié dans la guerre draconique, les relations entre l'Empire et le Royaume elfique sont quelques fois tumultueuses ; les elfes reprochant aux humains la mort de leur général et leurs actes passés, tandis que la branche conservatrice humaine leur reproche d'être des hérétiques. Malgré cela, une coopération économique existe bel et bien entre l'archipel et le continent. Néanmoins, en plus de la question du Lys, l'Aurore a également accueilli les Noguchi, ce qui constitue encore une fois une question contentieuse au sein des relations diplomatiques auro-elfe. Ces nombreux problèmes n'empêchent pas les deux nations d'entretenir une relation cordiale, dans un souci de paix.

Autres Modifier

Les Suivants entretiennent peu de relations avec le Royaume de Gardevoir ; seules quelques exportations de nourriture sont notables, et parfois des mages visitant l'un ou l'autre royaume pour en apprendre plus.

Toute relation avec les Névadorn est prohibée, et la plupart des Suivants en connaissent peu sur ce peuple, si ce n'est qu'ils sont des lointains cousins.

Modifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.